Le Labocoop est issu de 5 années de travail dans le cadre d’une association d’éducation populaire, le Collectif Formation Société asbl.

Dès 2015, une Formation à la Recherche en Éducation Populaire (FREP) a été organisée, et depuis lors plus d’une cinquantaine de personnes y ont participé au moins pendant une année. 

L’objectif était de réfléchir aux spécificités d’une telle recherche, par rapport aux recherches « universitaires », réalisées par une « presse d’investigation » ou par des centres de recherche privés. 

Notre spécificité principale est notre volonté de rompre avec les recherches SUR les personnes concernées, mais au contraire de construire le processus de recherche AVEC, POUR et surtout PAR les premiers concernés. Le plus souvent, ils n’ont pas droit à la parole, ou leur parole est utilisée pour étayer les thèses de celui qui écrit sur eux. Bien sûr, les « témoignages » abondent en TV, souvent les plus « dramatiques ». Mais aucun travail COLLECTIF n’est fait avec les premiers concernés pour CONSTRUIRE AVEC EUX de nouveaux savoirs qui leur soient utiles, qui leur donne une réelle PUISSANCE D’AGIR. Si on doit caractériser notre démarche, elle relève sûrement d’une recherche-action-formation : sa seule spécificité est la validation de celle-ci et la valorisation par les premiers concernés eux-mêmes. 

Aujourd’hui à CFS, nos principaux terrains de recherche concernent la situation des sans-papiers, celle des personnes précarisées, celle des adultes en reprise d’étude et la question du déterminisme socio-éducation (de la reproduction sociale). 

Il s’agit aussi pour nous de valoriser ici les démarches portées par d’autres « chercheurs » qui travaillent sur les mêmes objectifs, avec d’autres publics, dans d’autres endroits,